Influencé par la photographie humaniste, le reportage de presse et le cinéma réaliste, je me considère comme « photographe de rue »

Je trouve mon inspiration dans les quartiers populaires, à Paris où je vis, mais surtout à l’occasion de mes voyages.J’aime l’esthétique du chaos et je suis fasciné par la capacité qu’à parfois l’être humain d’être digne dans la pauvreté.

Les gens que je photographie deviennent acteurs à leur insu des scènes que je compose. Je ne guette pas l’événement, je marche, guidé par les ambiances, la lumière et les couleurs de ces univers dans lesquels ces gens organisent leur vie.
 

J’ai retenu ces images parce qu’elles répondent aux critères esthétiques qui me touchent : composition de l’image et harmonie des couleurs mais aussi parce qu’elles dégagent à mes yeux une grande tendresse. Et j’aimerais que ces photos permettent à celui qui les regarde de déborder du cadre de l’image, de l’interpréter à sa façon.


 Jean-baptiste
 

Top